mercredi 26 avril 2017

Club sandwich, le nouveau magazine food à découvrir



Club sandwich, ce n’est plus seulement une recette. C’est aussi un mook qui s’intéresse à la représentation de l’alimentation. Son ADN ? Chaque numéro est consacré à un seul aliment, et il est traité sous toutes les facettes avec le prisme de l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, l’économie, la politique, la culture, l’art mais de manière ludique et décalée ! Le premier numéro est consacré à l’œuf avec 160 pages ! 
Connaissez-vous le Gudetama, un personnage en forme d’œuf qui a envahi le marché kawaï au Japon ? Saurez-vous définir l’œuf parfait ? Hervé This vous aidera dans la réponse. Vous a-t-on déjà traité de tête d’œuf, ou à défaut, reçu un œuf en pleine tronche grâce à l’art de l’egging ?  
Club Sandwich a été pensé, développé et réalisé par Anna Broujean, artiste plasticienne diplômée de l’ENSP (École Nationale Supérieure de la Photographie) en 2015. Rédactrice en chef et directrice artistique, elle a rassemblé une centaine de contributeurs (journalistes, auteurs, artistes) de quinze nationalités différentes. La revue réunit des artistes internationalement reconnus (Jeff Koons, John Baldessari, Claude Closky, Toilet Paper) tout en faisant une place importante à la jeune création (Louise Pressager, PUTPUT, Max Siedentopf).

Découvrez les 100 chefs de bistrots médaillés par la ville de Paris,



La gastronomie et les bistrots parisiens : ce sont des éléments culturels forts qui attirent les touristes du monde entier à Paris, et même les provinciaux. Que serait Paris sans ses restaurants historiques, ses bistrots qui véhiculent une joie et un art de vivre à la française ? Ces chefs, ces lieux participent au dynamisme et au rayonnement de notre capitale. Fort de ce constat, la ville de Paris chouchoute ses chefs. En janvier 2016, elle avait décoré 84 chefs étoilés de la médaille Grand Vermeil de la ville. Aujourd’hui, elle a honoré ses bistrots en remettant la médaille de la ville à 100 chefs de bistrots, véritables symboles de l’identité de Paris. Vous pouvez retrouver ici sur le site de Paris.fr les 100 meilleurs bistrots récompensés et leurs plats-signatures. Ces bistrots ont été sélectionnés avec l’aide d’Alain Ducasse (il est partout !) sur des critères de qualité, de convivialité, de respect des prix et de la clientèle avec un chef présent. Ici, c’est l’artisanat dans le sens noble qui est défendu. Cette cuisine se définit par le savoir-faire d’un chef dans la tradition française, avec des produits de qualité et locaux, des vins de qualité, des prix doux, et qui sait insuffler à son bistrot une âme, une atmosphère, un vrai sens de l’accueil et de l’hospitalité ! Avec ces 100 belles adresses, Paris devient le plus grand bistrot du monde !

lundi 24 avril 2017

« Skin contact : voyage aux origines du vin nu » d’Alice Feiring



Si vous avez aimé « La bataille du vin et de l’amour », « Le vin nu » signés Alice Feiring et publiés aux éditions Jean Paul Rocher, vous apprécierez sûrement le dernier livre d’une des spécialistes mondiales du vin naturel, « Skin contact : voyage aux origines du vin nu » aux éditions Nouriturfu. Ce livre nous invite à un voyage en Géorgie, pays originel du vin. Le titre « skin contact » évoque cette technique de vinification du vin «élevé en contact direct avec la peau des raisins », dans des grandes jarres enterrées, les quevri. La nature et le temps font le reste et donne de vins exceptionnels, sans aucune adjonction chimique. Alice Feiring nous convie à son voyage avec ses rencontres pittoresques qui se terminent le plus souvent autour d’une table, avec des toasts de ce vin de macération. Vous avez même en prime des recettes détaillées.

Noma au Japon : 6 semaines pour (ré)inventer le meilleur restaurant du monde



Pour les fans du chef René Redzepi, le film « Noma au Japon » du réalisateur hollandais Maurice Dekkers sort cette semaine sur les écrans français. Ce documentaire raconte et suit sans filtre la création du restaurant éphémère Noma à Tokyo. En effet, en janvier 2015, lorsque le Noma venait de recevoir pour la cinquième fois le titre de meilleur restaurant du monde, le chef René Redzepi se lance un défi. Il ferme son restaurant à Copenhague pour ouvrir une résidence de deux mois à Tokyo. L’équipe avait six semaines pour concevoir un menu de 14 plats, en utilisant exclusivement des produits locaux et de saison, et en harmonie avec la culture japonaise. C’est un film exceptionnel qui vous invite à découvrir le processus de création d’un chef. Sur Paris, le film est projeté en avant-première le mardi 25 avril 2017 à 20 heures au MK2 bibliothèque. Voir la bande annonce ici.

dimanche 23 avril 2017

Les friteries de Calais



A Calais, le bonheur, c’est simple comme un cornet de frites fraîches ! Sur sa plage, le nombre de friteries est impressionnant ! Ici, la frite est une institution, une gourmandise de chaque instant. Le secret de sa saveur repose sur des frites fraîches cuites au gras de bœuf qui la rend dorée et très croustillante. Il y a aussi la qualité de la pomme de terre. C’est la bintje qui est la plus recommandée.
Une fois ces deux ingrédients réunis, il y a enfin  le savoir-faire et le flaire de la personne qui assure la cuisson. Pour avoir une croustillante parfaite, les frites ont besoin d’être cuits dans deux bains d’huile à différentes températures.   
Les bourgeois de Calais, magnifiés en sculpture par Auguste Rodin, étaient-ils aussi friands de frites ? Sûrement oui, mais la pomme de terre n'était pas encore arrivée du nouveau monde au XIVèe siècle
Vous pouvez les admirer, un cornet de frites à la main devant la mairie ! Nota bene, dixit mon ami des Hauts de France : une promenade sur la plage à Calais sans déguster de frites est une promenade inachevée !