dimanche 2 août 2015

Déjeuner d’été pour un dimanche très chaud



Est-ce un sentiment personnel ? Ce premier dimanche d’août semble être un des plus chauds de cet été. Au déjeuner, que du simple et bon : quiche maison, charcuteries, melon, salade de tomate / laitue/roquette à l’huile d’olive et fines herbes du potager. Le tout accompagné d’un bon pain de campagne et d’un cidre fermier très frais. 
Au dessert, une tarte au citron meringuée. Et vous ? Qu’avez-vous dégusté au déjeuner ?

samedi 1 août 2015

L’omelette au brie du restaurant Le Donjon, Blandy les Tours



Blandy les Tours, c’est un magnifique château fort qui remonte à la guerre de Cent ans, juste à quelques kilomètres du très connu château de Vaux Le Vicomte en Île de France.  
 Lorsque vous vous attablez sur cette belle terrasse ombragée du restaurant Le Donjon, sous un majestueux frêne, avec les glycines en fleurs, vous avez vue sur le château. Il ne vous reste plus qu’à commander votre repas dans cette carte avec une cuisine traditionnelle maison, faite avec les produits du terroir. 
Parmi les plats-signatures, il y a cette omelette au brie que la propriétaire a trouvé dans un vieux livre de cuisine.  Elle vous en donne la recette sur son site « Pour la réaliser dans les normes, faire comme suit. Se procurer un nombre d'œufs en rapport avec le nombre de convives. Battre les jaunes et les blancs ensemble. Dans le même récipient, verser une bonne quantité de brie coulant, sans la croûte, assaisonner et passer à la poêle. Au moment voulu, selon qu'on la préfère baveuse ou bien cuite, la plier en deux et la servir sur assiette, accompagnée de salade verte ou de patates frites ». A vous ensuite de choisir les différents types de Brie proposée par la région. 
En semaine, vous avez un menu à un prix imbattable à 10€ avec 2 plats. Prix qui passe à 18€ à 3 plats le weekend et jour férié. Dans ce que nous avons dégusté, nous avons commencé par une farandole de charcuteries très copieuse, suivie de cette fameuse omelette au Brie
et d’une pièce d’agneau au paprika (une viande très tendre, mise en valeur par la saveur de paprika enrichi de poivre),
 suivi d’une tarte à l’abricot, avec une délicieuse crème d’amande. Si vous visitez cette belle région d’Île de France, pensez à faire une pause gourmande à cette belle adresse.

Compostelle, recettes du chemin



Ainsi en plus d’être une expérience spirituelle, un pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle peut être aussi une expérience gourmande. Dans « Compostelle, recettes du chemin » co-écrit par le chirurgien François Desgrandschamps et les journalistes Anne-Marie Minvielle et Sophie Brissaud, nous sommes invités à savourer des terroirs traversés dotés de riches produits gourmands et d’une forte identité culinaire avec l’Aveyron, les Landes, le Béarn et la Castille. Sur la partie de la voie la plus fréquentée, entre le Puy en Velay à Compostelle, vous avez la description de 25 parcours qui nous content à la fois les paysages traversés, l’histoire et la culture. Des citations littéraires et spirituelles accompagnent ce très beau voyage sensoriel et gourmand. Un beau livre à déguster cet été !

Café HEJ à l’institut suédois de Paris



L’institut suédois est installé dans le magnifique hôtel de Marle au cœur du Marais. Jusqu’au 30 août 2015, découvrez son café éphémère éco-responsable HEJ (bonjour en suédois) qui vous propose des produits frais et bios avec des délicatesses suédoises sucrées et salées, des smoothies, des glaces, du thé et du café. Des transats sont à votre disposition pour prendre la vie du bon côté. C’est l’un des endroits les plus agréables de l’été à Paris, et au calme. L’entrée se fait 10 rue Elzévir par les grilles du jardin. www.facebook.com/cafeHEJ.

vendredi 31 juillet 2015

Fruit du jacquier



Le fuit du jacquier, c’était un des fruits de mon enfance à Madagascar. C’est avec plaisir que je le retrouve sur les étals des primeurs du quartier indien, toujours à gare du nord à Paris. Dans le marché à Tamatave, on l’appelle « palbé ». On l’appelle aussi en créole « petit Jacques ». La taille du fruit est impressionnante. Elle est énorme et peut peser jusqu’à 20 kilos.  La peau est très rugueuse.
Au moment de sa découpe, un liquide blanchâtre s’échappe du fruit. Pour éviter que votre couteau et vos doigts ne soient englués avec ce latex, il est recommandé de frotter vos mains avec de l’huile ainsi que vos couteaux. Même si vous portez des gants, passez aussi ces derniers à l’huile. Des mains huilées sont nécessaires pour extraire les petits fruits des alvéoles. Le fruit a une forme ovale, de couleur jaune, très parfumé. La texture est croquante et la saveur sucré et fraîche. Le petit fruit renferme un noyau, qui peut être bouilli et consommé. Son goût rappelle celui d’une châtaigne. Ces noyaux sont utilisés dans les plats de viandes mijotées, en place et lieu de la pomme de terre par exemple. Le fruit entre aussi la composition des plats « carry ». Dans les épiceries du quartier indien, le jacquier est vendu à la coupe. La portion est suffisante pour une première découverte. Vous pouvez déguster le fruit nature, au bien l’associer comme ingrédient à une salade salée ou pour amener une touche d’exotisme à votre salade de fruits de l’été. 
Pour ceux et celles qui n’ont pas la chance d’avoir des vendeurs indiens, les petits fruits de jacquier, délestés de leur noyau sont vendus aussi en boîte, conservés dans un sirop. Ils sont aussi excellents.