mercredi 13 décembre 2017

« Le verre, un moyen âge inventif », Musée de Cluny Paris



Cette belle exposition « « Le verre, un moyen âge inventif » au Musée de Cluny à Paris nous raconte l’histoire du verre soufflé depuis son apparition au premier siècle avant Jésus Christ. Né de l’alliance du sable et du feu, les verriers du moyen-âge ajoutaient déjà des cendres de plantes qui jouaient le rôle de fondant, donnant en plus au verre des couleurs différentes. 
Plus de 230 œuvres nous aident à admirer leur créativité, leur dextérité, comprendre les usages et les techniques tout le long de la période médiévale. Au moyen âge, le verre était aussi important que les pierres précieuses. 
Si nous savons la fonction sacrée du verre travaillé en vitraux et vitrages pour les églises pour traduire la lumière divine, je découvre un autre usage, celui de talisman dans les tombes par ses pouvoirs magiques. 
Dans le sud de la France, entre le XII et XIIIème siècle, on déposait des objets en verre auprès des dépouilles de dignitaires ecclésiastiques en prolongement de leurs cérémonies funèbre, comme ce joli base reliquaire de Saint Savin. 
Ce n’est qu’à à partir du XIVème siècle que le verre faisait son apparition en France au luxe des tables princières et des hauts prélats, même si le verre utilisé pour boire du vin est attesté dès le XIIIème siècle au Moyen Orient. 
Les verres à boire étaient achetés à l’époque à la pièce et symbolisait un signe de distinction social. Je découvre également que les verres à pied (appelé aussi verre à tige) faisaient leur apparition sur les tables qu’à partir du XIVème siècle. 
Avant, ils étaient sous forme de gobelet comme le montre cette peinture française de « L’homme au verre de vin » peint ver 1640. Cette exposition est visible jusqu’au 8 janvier 2018, pour préparer votre visite et découvrir les autres usages du verre, cliquez-ici.

mardi 12 décembre 2017

Admirez le service de table de Catherine II de Russie au château de Champs sur Marne



Dans le cadre du jumelage entre le château de Champs sur Marne et le Manoir de Kouskovo en Russie, vous pourrez admirer un magnifique service de table de la Grande Catherine, Impératrice de Russie de 1729 à 1796. Ce service en provenance de la manufacture royale de Saint Petersbourg, nommé « service de Chaque jour », est composé de 126 pièces de porcelaine et de verrerie. Il était utilisé lors de repas quotidiens de l’impératrice et pour les fêtes. La table dressée au château vous donne l’impression que vous êtes attendu à déjeuner par l’impératrice. Vous aurez le loisir d’apprécier les différentes formes, les délicats décors de fleurs peintes, avant de vous régaler de «Fricassée de langues de rossignols. Ragoût de lèvres et d’oreilles de cerfs. Yeux de bœufs en sauce, pour le réveil du matin. Lèvres d'élans à la crème fraiche, cuisses d'ours bouillies, tartes aux pigeons au four ». Un menu tout à fait exotique pour nos papilles «servi à la russe ». Contrairement au « service à la française » où tous les mets étaient présentés tous en même temps sur la table au risque de refroidir, le « service à la russe » présente les plats successivement. Vous découvrirez lors de cette belle exposition "Kouskovo dresse la table à Champs" toutes les subtilités de cet art de vivre impérial à la russe. L’exposition est visible jusqu’au 15 mars 2018.

samedi 9 décembre 2017

Les bûches de noël tendance russe



Un vent de Sibérie a-t-il soufflé sur Paris ? Dans la collection des bûches proposées par nos pâtissiers parisiens, toutes aussi magnifiques les unes que les autres, je note l’irruption d’une tendance russe qui n’existait pas jusqu’à présent à travers quatre bûches. Une tendance réelle ou issue de mon imaginaire.

La bûche matriochka signé café Pouchkine

C’est une des premières créations de la nouvelle chef de création pâtissière du café Pouchkine, Nima Métayer Le socle de la bûche est en chocolat et crumble de pâte sablée aux épices et noix de pécan. Les poupées russes sont en mousse de mandarine, biscuit moelleux et confit de mangue.

La buche de forêt noir enchanté, signée Lenôtre

Son décor de diadème en chocolat blanc et pastillage est magnifique, spectaculaire et très gourmand. Il me fait penser à l’hiver russe, aux diadèmes de fleurs de l’aristocratie. Cette bûche vanille chocolat est garnie de cigarettes russes fourrées au praliné noisette.

La bûche Kukla, signée Dallayou

Cette bûche avec une alliance de crème à la vanille de Madagascar, confiture de lait au citron vert, compoté de mangue passion dans un biscuit financier moelleux va affoler vos papilles. Elle est couverte par une grande poupée matriochka « Kukla », qui cache trois autres petites matriochkas qui remplacent les décors de père noël ou de lutins habituels.

Les bûches de Christophe Michalak

Qu’elles soient en version vanille caramel pécan ou marrons cassis gianduja, le décor de ces deux bûches rappellent les dômes à bulle des églises orthodoxes.

Les crackers « résurrections » à base de drèches



C’est au garde-manger que j’ai découvert ces crackers pas comme les autres. Confectionnés à base de bio-déchets alimentaires, les drêches, ils représentent la nouvelle vague des produits alimentaires innovants issus de l’économie circulaire où rien ne se jette. C’est lors d’un stage en micro-brasserie parisienne que les deux fondatrices, Marie et Nathalie avaient découvert la fin tragique de ces drêches, ces résidus de céréales (orge ou blé transformé en malt) obtenus lors de la fabrication de la bière. Elles ont décidé de leur donner un autre destin ! Le nom de leur entreprise « résurrection » résume bien leur démarche : offrir une seconde vie à ces ingrédients de qualité qui partaient à la poubelle. Leurs crackers sont très savoureux, croustillante avec des arômes de noisettes, de châtaignes, de tartine grillés. 
Trois recettes sont disponibles avec petit épeautre, graines de fenouil et de tournesol / farine de sarrasin, graines de courges, tournesol et poussière d’agrumes / farine de châtaigne, paprika, curcuma, graines de carvi et tournesol. En plus de la saveur, ils sont nutritionnellement au top : riches en fibre avec une présence de protéines, faible en matière grasse. Les ingrédients utilisés fournis par les brasseurs partenaires sont exclusivement bio. Pour le moment, ces crackers sont produits et distribués à Paris et à Bordeaux. Les points de vente sont disponibles sur leur site web. Après les drèches, de nouveaux produits nous seront proposés à partir de l’okara, les résidus des graines récupérés lors de la fabrication du lait de soja ! Le slogan de l’entreprise résume bien son ADN : la recette des faims heureuses !

Le Québec à la Villette Paris



Si vous n’allez pas à Montréal, c’est tout le Québec qui vient vers vous ! Durant tout ce weekend du 9 au 10 décembre 2017, la Villette à Paris nous invite à un weekend festif pour célébrer la gastronomie, les sports de glace, les animaux et les chansons du Québec ! C’est une immersion totale dans les plaisirs d’hiver de nos cousins québécois, une belle parenthèse enchantée pour déguster de la tire à l’érable, bruncher avec la fameuse poutine avec beaucoup de crêpes arrosées généreusement de sirop d’érable, de nous initier au patinage ou hockey sur glace, de bivouaquer en écoutant les contes québécois, de participer à la « fête des lumières sur les animaux du Québec » où parents et enfants pourront déambuler dans le parc à la tombée de la nuit avec des lanternes caribou, baleine ou castors confectionnés de leurs mains quelques heures avant. Profitez-en, la majorité des activités et ateliers est gratuite. Le programme détaillé se trouve ici. Cette belle saison culturelle du Québec à la Villette se prolonge jusqu’au 31 décembre 2017 avec des expositions et des spectacles de cirque.