vendredi 18 août 2017

Restaurant Le Vauban, Port en Bessin



Lorsqu’on réside à Bayeux et que l’on recherche une destination bord de mer pour dîner, Port en Bessin, situé juste à 9 km, est la ville idéale. 
Son port très pittoresque et authentique offre un paysage de carte postale avec un air iodé. 
Vous pouvez profiter de ses nombreuses terrasses pour prendre un verre, de ses boutiques de souvenirs pour faire le plein de cadeaux normands (très belles boîtes de biscuits avec les visuels de la tapisserie de Bayeux, du D Day…) avant de choisir une table pour dîner. 
Nous avons opté pour le restaurant Le Vauban, situé dans une ruelle près du port à l’écart des flux de touristes. Ce restaurant familial met en avant une cuisine avec les produits frais du marché et du terroir normand. 
Cette promesse se retrouve dans son menu corail de trois plats à 17,90€ qui représente un excellent rapport prix qualité. Nous avons dégusté de belles crevettes roses et grises, avec une mayonnaise onctueuse, et une terrine de campagne maison goûteuse. 
En plat principal, un poulet au cidre de Bayeux, 
et un faux filet (très tendre) à la sauce camembert. Les deux recettes ont la même garniture, des pommes sautées.   
Un duo de fromage camembert et pont l’évêque à point, 
et une tarte normande parfumée au calvados clôturent le dîner. La carte vous propose aussi de jolis plateaux de fruits de mer. Le service est attentionné. Le chef a un faible pour les plats rectangles en ardoise !

jeudi 17 août 2017

Ferme cidricole la sapinière, Saint Laurent sur Mer



Nous avons raté la visite guidée de 10h45 mais pas la dégustation de cette cidrerie située au cœur des plages du débarquement entre Omaha beach et le cimetière américain. 
Dès votre arrivée à la ferme, vous êtes surpris de voir des photos de guerre exposées sur les murs extérieurs de la boutique. Ces clichés nous rappellent que cette cidrerie était dans la zone du conflit.
Les pommiers de cette cidrerie étaient replantés après 1987 avec une première cuvée de cidre sortie en 1991. 
Depuis la maison fabrique jus de pomme, cidre, pommeau et calvados en raflant de nombreux prix au salon de l’agriculture de Paris. 
Nous avons pu tous les déguster. L’accueil est professionnel et on répond volontiers à toutes vos questions sur la transformation de cette merveilleuse pomme, symbole de la Normandie. 
Vous pourrez repartir avec vos bouteilles de cidres, de calvados mais aussi des produits régionaux normands fabriqués à la ferme ou par d’autres producteurs locaux.

Mémorial et cimetière américain de Colleville sur Mer



Dès votre arrivée dans ce cimetière américain de Colleville sur mer, vous ressentirez sûrement comme moi encore tout le poids de l’histoire, de cet assaut massif lancé par les Alliés sur les côtes normandes le 6 juin 1944 pour libérer la France. 
Lorsque vous verrez toutes ces croix et étoiles de David des tombes des 93787 soldats tombés au combat, vous avez juste un sentiment de gratitude pour ces jeunes qui ont sacrifié leur vie pour notre liberté. 
Surplombant la plage d’Omaha Beach où ils avaient débarqué, ils reposent pour l’éternité dans ce paysage paisible, face à la mer. 
Le mémorial abrite une statue de sept mètre qui leur rend hommage, symbole de « l’Esprit de la jeunesse américaine s’élevant des flots », tournée vers la direction de leurs tombes. Le bâtiment des visiteurs, avec son musée, vous permet de comprendre en détail l’opération débarquement en Normandie nommée « Overlord » lancée dès l’aube par le général Dwight D. Eisenhower ce fameux 6 juin 1944. Cette exposition vous permet de comprendre tous les préparatifs à travers les films d’époque, les témoignages historiques et les portraits très touchants des personnes ordinaires devenues extraordinaires.
La réussite d’une guerre commence toujours par des soldats bien nourris et une logistique sans faille. Au cours des deux années précédant le jour J (le fameux D Day), les alliées rassemblaient en Bretagne plus de 5 millions de tonnes de matériel et de vivres. Cet approvisionnement des alliés permettra aux troupes de débarquement d’atteindre leur but. Ce sont les portraits de ces hommes et de ces femmes (les infirmières), le récit de leur quotidien, de ce que signifie le combat au quotidien qui m’ont le plus touché. 
Leurs objets personnels sont exposés dans les vitrines. En arrivant en Normandie, les soldats de la première vague du Débarquement portaient chacun environ 30 kilos de matériel dont des boîtes d’allumettes, des sacs vomitoires, des comprimés contre le mal de mer, 200 francs français en monnaie frappé le par les alliées, un guide de la langue française, un guide de poche de la France, une bouée de sauvetage, des tablettes de combustible pour réchauffer leurs rations alimentaires, un imperméable, de la poudre insecticides, des tablettes pour purifier l’eau, des chaussettes, un étui imperméable de fusils, des confiseries, des lames de rasoirs, des cigarettes et du chewing-gum. 
Lors des combats, les soldats devaient emporter avec eux des rations alimentaires de plusieurs jours. Cette ration alimentaire comportait des conserves de plats cuisinés, de sucreries, des cigarettes. 
Pour le guide de langue française, il est amusant que les pages ouvertes concernent le vocabulaire en lien avec la nourriture. 
Après la visite, vous pouvez descendre vers la plage lumineuse d’Omaha Beach pour vous remettre de toutes ces émotions.
L’accès au Mémorial et cimetière est entièrement gratuite.

mercredi 16 août 2017

Festoyer au banquet de Guillaume Le Conquérant dans la tapisserie de Bayeux.



C’est une œuvre magistrale impressionnante ! Inscrite au registre « Mémoire du Monde » de l’Unesco depuis 2007, la tapisserie de Bayeux datée du XIème siècle est considérée comme l’une des premières bandes dessinées de l’histoire. Sur une longueur de 70 cm et 50 cm de haut, les broderies sur toile de lin racontent la conquête de l’Angleterre par Guillaume Duc de Normandie en 58 scènes, en 1066. L’histoire commence au départ d’Harold de la cour d’Edouard d’Angleterre, et se termine par la bataille d’Hasting. 
Les trois protagonistes de cette histoire vous accueillent d’entrée d’accès à la tapisserie. Le travail de l’aiguille est impressionnant. Les scènes sont joliment composées, avec des effets de perspectives, de mouvements, et une grande variété d’expression. On reconnaît les normands à leur visage rasé avec  une coupe de cheveux « au bol ». J’ai beaucoup apprécié les scènes qui font référence à l’alimentation et aux arts de la table. 
Une des plus belles scènes est le banquet de Guillaume et ses hommes béni par l’évêque Odon. 
Ils se régalèrent de soupe, de pain encore chaud sorti du four et de brochettes. Les scènes réellement historiques n’occupent qu’une hauteur de 33 cm. Le haut et le bas forment des bordures avec de ravissants animaux (oiseaux, sphinx, dragons, minotaures, ou des corps mutilés…). Un audio guide vous est fourni à l’entrée (en 14 langues) et le récit se déclenche automatique devant chaque scène numérotée de la tapisserie. 
Pour préserver l’œuvre, les photos sont interdites. Vous pourrez visualiser la tapisserie avec le lien ci-après où sont extraits les visuels pour cet article. Vous pouvez compléter vos connaissances sur les aspects techniques de cette broderie au deuxième étage avec le film sur l'ascension de Guillaume au trone d'Angleterre. Des images de reconstitution d'Hastings vous projette en plein Moyen-Âge. Le fil est diffusé tous les 20 minutes en alternance anglais/français.
Au premier étage, immergez-vous dans l’époque de Guillaume le Conquérant. La tapisserie vous est expliqué en long en large, sur la création du chef d'oeuvre, son histoire mouvementée et sa conservation minutieuse.
Cette tapisserie à l’époque était exposée dans la cathédrale de Bayeux, qui se trouve à moins de 10 minutes à pied  du musée de cette extraordinaire tapisserie médiévale. Un lieu grandiose à visiter aussi !