dimanche 26 avril 2015

Marché paysans de Saint Jean du Gard



Ils n’étaient pas nombreux les producteurs locaux en ce samedi matin d’avril sur ce marché paysans de Saint Jean du Gard. Installés à côté de l’église et du super U, à quelques centaines de mètres de la mairie, ils étaient à peine 10 à dix heures du matin. En pleine saison d’été, avec l’arrivée des touristes, leur nombre dépasse les 25, à tendance bio! Les fromages de chèvre sont le mieux représentés. 
Avec le typique petit pélardon de la région, vous l’avez décliné au thym, à la sarriette, à l’ail sauvage. Vous les retrouverez aussi en tomme ou en bleu de brebis. 
On trouve aussi des légumes bios ultra frais, comme ces poireaux crayons ou ces oignons si doux des Cévennes. C’est avec la boulangère bio que j’ai le plus échangé. Figurez-vous qu’elle vend un pain de châtaigne, un pain au petit épeautre, un pain de touselle que je découvre. 
D’après le dictionnaire du monde rural, la touselle (avec un s) est un blé sans barbe, précoce, au grain tendre très prisé pour la panification, cultivée en Languedoc et en Provence, très recherchée pour son rendement élevé et qui vient très bien sur les terres maigres. La première trace de la touselle (tosellos) dans les archives du Gard date de 1042. Elle me fait remarquer que ce sont des céréales historiques qu’elle cultive elle-même dans la région. Ses pains, mis en scène dans un pétrin sont excellents, et se marient merveilleusement avec les fromages de chèvre du pays !

Fleurs de colza



En cette saison, la France est belle ! Ses routes, ses plaines, ses champs sont remplis par le jaune vif des colzas en fleurs ! 
On les voit de loin, ces incrustations de jaune dans le paysage. Ces fleurs donneront une huile riche en oméga 3, ces acides gras essentiels qui ne sont pas synthétisés par notre organisme. Pour mémoire, ils jouent un rôle important au bon fonctionnement de notre système cardio vasculaire. J’en utilise pour l’assaisonnement de mes salades ! L’odeur de ces fleurs de colza est très forte et entêtante. Il est hors de question de les mettre dans un vase pour la maison !

Pause-déjeuner à Chanac, près de la source d'eau Quézac



Prendre l’air, aller à la rencontre du printemps, respirer les paysages et les terroirs ! 
C’est ainsi qu’après plusieurs heures de route de Paris, nous arrivons en Lozère à Chanac, avant d’atteindre notre destination finale, Saint Jean du Gard. Comme il était l’heure du déjeuner, nous nous sommes attablés au premier restaurant rencontré sur Chanac, et c’était le Lou Cantou. Ici, pas de carte, c’est menu unique pour tous. La présence de quelques habitués qui avaient déjà leurs entrées dressées sur leur table avant même leur arrivée nous donnait des signes positifs ! 
L’entrée était très gourmande avec un assortiment de charcuteries, un œuf mayonnaise et de la salade verte très croquante bien assaisonnée. 
Le plat un suprême de blanc de poulet , sans sauce, servi avec des pâtes bien cuites et bien beurrées. Pour le dessert, un tiramisu maison.
 L’addition était de 15€ par personne. En cette saison, les autres restaurants de Chanac étaient tous fermés. Les touristes pour les gorges du Tarn ou pour les belles balades dans cette belle région ne sont pas encore arrivés ! 
L’usine d’eau de Quézac, située dans le village du même nom à quelques dizaines de kilomètres, n’était pas non plus ouverte à la visite ! Il fut attendre le mois de juin.

mercredi 22 avril 2015

Qmilch, un tissu écologique à base de lait



Savez-vous qu’à partir de la caséine contenue dans le lait de vache, on peut fabriquer un tissu qui allie les propriétés du coton avec un aspect de soie ? Nous devons cette découverte à Anke Domaske, designer et microbiologiste allemande,  qui a baptisé son étoffe « Qmilch ».  Sa fabrication utilise en plus les laits biologiques qui ne répondent pas aux critères de qualité pour être consommés sur le marché allemand. Sa non-diffusion pour le moment réside dans son coût de fabrication, encore élevé par rapport au coton. Anke Domaske a déjà lancé une ligne de vêtement à partir de son « Qmilch ».   Pour plus d’information, cliquez ici.

Festin d’artistes suédois, Paris



La Maison des étudiants suédois à la Cité Internationale Universitaire de Paris vous invite à un « festin d’artistes suédois » du 24 avril au 3 mai 2015. Vous pourrez admirer les œuvres de de Karin LEWIN et Örjan WIKSTÖM, peintres suédois et surtout découvrir le livre de mon amie, l’artiste Cilla LEWENHAUPT-HERPE, « Cuisine suédoise, récits et recettes ». 
Le vernissage aura lieu le 23 avril à 18 heures. Vous pourrez non seulement vous faire dédicacer son livre par Cilla mais goûter aussi à ses recettes extraites de son livre. L’entrée est gratuite dans la limite des places disponibles. Vous pouvez compléter les informations avec le lien ci-après.