lundi 1 septembre 2014

Le pain de guerre des poilus de 14



Que savons-nous des saveurs de la grande guerre ? Le « Pain de 14 » que nous propose les moulins Bourgeois nous donne peut être un aperçu. David et Julien Bourgeois, quatrième génération de meuniers, ont puisé dans l’histoire familiale, et plus précisément dans les carnets de notes de leur arrière grand-oncle Etienne Bourgeois, pour nous proposer ce pain d’autrefois. Ce pain de la période de guerre, consommé par les poilus, se présente dans une forme ronde et plate, avec une croûte noisette, composé de froment, d’un peu de farine de seigle et d’une pointe de chicorée. Ce« Pain de 14 » est donc inspiré de la recette d’Etienne Bourgeois, mobilisé lui aussi pendant toute la Grande Guerre comme artisan-boulanger. Ce pain de 300g, avec un prix de vente conseillé de 1,80€, est vendu dans plus de 500 boulangeries franciliennes dans un sachet estampillé, qui fera également apparaître le logo du Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux, avec lequel Les Moulins Bourgeois ont conclu un partenariat. En effet, depuis plus de cent vingt ans, la meunerie familiale est implantée dans la vallée du Petit-Morin, en Seine-et-Marne, non loin des champs de bataille de la Marne. C’est donc un pain historique qui vient à la rencontre de vos papilles ! Si vous êtes intéressés par les récits de cette période, lisez impérativement le livre de Pierrick Bourgault, « Retrouvez-vous ancêtres en 14-18 ». Il nous raconte la vie de son grand-père Pierre, qu’il a redécouvert à partir de sa liasse de lettres, de carnets et de photos, et mobilisé aussi durant la guerre. « Le café de mon enfance, c’était celui de mon grand-père, ancien combattant » me dit Pierrick. Peut-être qu’il avait servi aussi ce « Pain de 14 » dans son café ?

Feria du riz, Arles



Lors de la Feria du riz à Arles qui se déroule cette année du 12 au 14 septembre 2014, vous pourrez non seulement observer les taureaux dans les corridas, découvrir les différentes formes de tauromachie avec les plus grandes stars taurines du moment, assister à des représentations par l’école taurine mais goûter aussi à la Camargue Gourmande. Tous les produits du terroir de Camargue vous attendent ainsi place de la République. 
Parmi les produits emblématiques, il y a bien sûre le riz, l’or blanc de la Camargue le sel, le vin, l’huile d’olive et la viande de taureau AOC. Chaque année, à la mi-septembre, les arlésiennes et les arlésiens fêtent les Prémices du Riz, d’où l’appellation de cette féria. Entre deux spectacles de tauromachie, vous pourrez assister aux ateliers gourmands animés par les chefs de Camargue et le Conservatoire des cuisines Grand Sud . Au moment des repas, commandez cette viande goûteuse, tendre et peu grasse du taureau de Camargue élevé en semi-liberté dans les manades. 
Sa recette la plus connue est la gardiane de taureau, où la viande est mijotée dans un vin rouge corsé de la région avec oignon, ail, thym, laurier et écorce d’orange. Du vinaigre est parfois ajouté dans la marinade pour équilibrer la saveur de la viande que certains trouvent forte. La viande de taureau la plus noble est bien sûre celle issue des corridas. En Camargue, on prévoit toujours plus de viande car on est sûre que les convives se servent deux fois ! Pour les amateurs de viande rouge grillée, vous pouvez opter aussi pour un rumsteak de taureau grillé. 
Pour vos amis, ramenez un saucisson de taureau. L’accompagnement rituel est l’incontournable riz de Camargue, parfois coloré avec du safran, pour rappeler la couleur de l’or et du soleil de la Camargue !
Pour découvrir le programme de la Féria du riz, cliquez ici.

Culinary Zinema, le festival de films culinaires de San Sébastien



Cette nouvelle édition du festival de films culinaires de San Sébastien « Culinary Zinema », a lieu du 19 au 27 septembre 2014. La majorité des projections se passe dans le centre culinaire basque. Cet événement cinématographique est un prétexte pour mettre en valeur la richesse gastronomique d’une région qui a une vraie signature culinaire et la plus haute concentration des étoiles Michelin dans le monde. Les noms de chefs ne vous parlent sûrement pas comme Gaston Acurio, Mikel Gallo, Nacho Manzano, Jakob Mielkce, Francis Paniegro, Kebin Patricio, Kenji Takahashi, Ruben Tricando, ce sont tous des passionnés dans leur catégories qui vont vous signer les dîners d’après projections. Chacun va préparer un dîner dont le contenu se rapproche le plus de l’univers du film projeté. C’est le film « The hundred Foot Journey » (Les recettes du bonheur dans son titre en français) de Lass Hallstrom qui va ouvrir le festival. La France est représentée par le film de Franck Ribière, « Steak (R)évolution ». Les billets qui comprennent une séance de cinéma suivi d’un dîner sont en vente dès ce jour 1er septembre 2014, au prix de 57,20€. Pour découvrir tout le programme du festival, cliquez ici.

jeudi 14 août 2014

Les deux salles à manger du château de Champs sur Marne



Ré-ouvert en juin 2013 après six années de restauration, le magnifique château de Champs sur Marne nous accueille de nouveau dans son écrin, à 18km de Paris. Propriétaire de la famille Louis Cahen D’Anvers depuis 1895 avant sa donation à l’état français en 1935, ce château symbolisait la maison de plaisance à la française du début du XVIIIème siècle. 
Construit entre 1703 et 1706, il a connu d’illustres occupantes comme la princesse de Conti de 1718 à 1739, fille légitimée de Louis XIV et de sa maitresse Louise de La Vallière, ou la marquise de Pompadour qui y résidait durant un an et demi dès l’été 1757. Elle y recevait son favori le roi Louis XV ! Le château est entouré par un beau jardin à la française en accès gratuit. 
Comme par hasard, j’ai beaucoup apprécié « le salon chinois » avec un décor remarquable de chinoiseries très à la mode de l’époque, peintes par Christophe Huet à la demande du second  duc de La Vallière. Ces chinoiseries sont une rareté, on en trouve que dans deux autres lieux à l’échelle de la France, au château de Chantilly, à l’hôtel de Rohan à Paris. Elles représentent des scènes de la vie quotidienne comme le jeu de colin-maillard, la pêche, la chasse ou le jardinage. 
J’ai aimé aussi la chambre d’honneur, réservée pour la visite du roi ou d’un hôte de marque  J’ai surtout admiré la magnifique salle à manger, avec son organisation des offices, en liaison avec les cuisines qui se trouvent juste au sous-sol (fermé à la visite). 
Cette salle à manger était l’une des premières de France destinée à cet usage. Avant, on dressait une table là où les personnes voulaient prendre le repas. Sur le fond du mur, se trouve un buffet de marbre, encadré de deux fontaines.  Le décor est composé d’eau qui jaillit des masques des dieux marins en plomb doré qui retombe dans leurs vasques de marbre. Les tableaux de chasse et de chiens sont  un décor fréquent dans les salles à manger du XVIIIème siècle et rappelle que la chasse est l’attrait majeur du domaine jusqu’à sa donation à l’état en 1935. Les produits issus de la chasse étaient consommés par les occupants du château.
C’est dans le couloir des offices qu’on trouve les grands buffets, où est rangée la vaisselle des Cahen d’Anvers. 
On y voit des assiettes plates et à soupe en porcelaine de Chantilly du XVIIIème siècle, des verres à eau, à vins, à champagne, à liqueur…C’est la partie réservée au personnel de service. On y voir encore un tableau de commande pour appeler les domestiques. 
Juste dans une petite pièce qui donne sur le couloir de service, se trouve la salle à manger des enfants, qui sont élevés loin des adultes par leurs gouvernantes. Cette pièce était à l’origine la salle de bain que la marquise de Pompadour s’était faite installée en 1758. Les réceptions du château se passaient aussi dans les vastes pièces du rez-de chaussée comme du premier étage. Pour préparer votre visite au château de Champs sur Marne, cliquez ici.

Jude Law et Giancarlo Giannini dansent pour le whisky Johnnie Walker Blue



Un film de 6,28 minutes, ce n’est plus une simple publicité. C’est un court métrage magnifique avec un casting prestigieux d’acteurs : Jude Law et Giancarlo Giannini. La scène s’ouvre sur un très chic bateau à voile, amarré au large des îles vierges britanniques, où les deux hommes, sirotant le fameux whisky, se livrent à un « pari de gentlemen », avant que l’action ne se déplace à Londres, où se joue le pari. 
Le titre du film s’intitule « The Gentleman’s Wager », qui nous narre ce pari, où les deux hommes créent un instant précieux, un spectacle de danse entre amis où la bouteille de whisky Johnnie Walker bleu est aussi présent, témoin de ces moments d’exception. Cette publicité est dans la lignée de la vente des produits de luxe avec un vrai contenu et une narration. Ce storytelling nous renvoie l’image d’un whisky unique, pour des personnes qui savent partager des moments rares ! Les deux générations d’acteurs permettent d’élargir les cibles de clients visés. Imaginez le cachet de chacun ! Pour visualiser le film, cliquez ici.